Reprendre le travail après un cancer du sein

Chaque année à cette période se tient Octobre Rose : le mois pour informer et sensibiliser autour du cancer du sein. Chaque année, le cancer du sein représente près de 59 000 nouveaux cas incidents ; il reste la première cause de mortalité par cancer chez la femme avec 12 100 décès. Le dépistage organisé, qui s’adresse aux femmes de 50 à 74 ans sans facteur de risque autre que l’âge, demeure un moyen efficace de lutter contre la maladie.

Cancer du sein : comment organiser la reprise du travail ?

Plusieurs dispositifs, inscrits dans le droit du travail, contribuent à accompagner le retour à l’emploi des femmes atteintes d’un cancer du sein :

  • Autorisation d’absence pour raisons médicales ;
  • Aménagement de poste ;
  • Mi-temps thérapeutique : reprise du travail à temps partiel pour motif thérapeutique après un arrêt total prescrit par le médecin du travail.

Le retour au travail est un moment clé dans la reconstruction des personnes malades. Fatigue, réactions de la hiérarchie et des collègues, suivi médical, …Cela n’en reste pas moins une étape délicate !

Pour faciliter la reprise d’activité, une bonne anticipation est indispensable. Concrètement, la salariée peut solliciter une visite de pré-reprise auprès de son médecin du travail. Cette rencontre, organisée le plus tôt, permet d’évaluer si la salariée sera apte ou non à reprendre le travail dans les mêmes conditions qu’avant son départ en congé maladie.

Avec l’accord de la salariée, le médecin du travail peut alors entrer en contact avec l’employeur pour étudier le poste de travail et les éventuels aménagements de poste.

» Site officiel de la campagne octobre rose