La santé du dirigeant, c’est aussi celle de l’entreprise

On s’intéresse souvent à la santé de l’entreprise et plus précisément, et à juste titre, à celle des salariés ; mais qu’en est-t’il de celle des dirigeants ? La santé de l’employeur a-t-elle un impact sur le travail de ses collaborateurs et plus globalement sur la performance de son entreprise ?

La santé du dirigeant est un sujet tabou, encore peu abordé. Cependant, une récente étude* réalisée en 2019 auprès de plus de 1500 dirigeants d’entreprises françaises de moins de 50 salariés révèle que les chefs d’entreprise français se sentent à la fois utiles et heureux dans leur travail (93 %), mais qu’ils sont également durement impactés par le stress et la surcharge de travail.

LA SANTE DU DIRIGEANT EN QUELQUES CHIFFRES

Des dirigeants heureux mais stressés
Le baromètre nous révèle que malgré leur bien-être, 7 dirigeants sur 10 se sentent stressés de façon quotidienne. Ce stress est lié à une surcharge de travail à 57%, à la peur de manquer de trésorerie à 53% et enfin au manque de vision concernant leur activité à 48%. En plus d’être impacté par le stress, ils sont débordés et estiment passer minimum entre 50 et 70 heures en moyenne par semaine au travail.
La charge de travail et le stress amènent les dirigeants à éprouver des difficultés à concilier vie professionnelle et personnelle pour 4 entrepreneurs sur 10.

Un état de santé bon malgré quelques douleurs récurrentes
8 entrepreneurs sur 10 sentent en forme, mais lorsqu’ils sont interrogés sur leurs douleurs physiques, 63% déclarent souffrir du dos, 53% ont des douleurs articulaires et 87% ont été touchés par une douleur dans l’année sans préciser laquelle. Malgré ces douleurs, seuls 8% d’entre eux se sont arrêtés de travailler lors des 12 derniers mois.

Des difficultés à concilier vie privée et professionnelle
Les difficultés à concilier vie privée et vie professionnelle perdurent d’une année sur l’autre. 39 % des dirigeants interrogés déclarent ainsi ne pas parvenir à maintenir cet équilibre. Une situation qui conduit in fine un entrepreneur sur trois à se sentir isolé dans son quotidien.

Des dirigeants confiants
Grâce à leur aventure entrepreneuriale, 93% des dirigeants se sentent utiles au quotidien et 90% heureux. Ce bonheur permet aux dirigeants d’être relativement optimistes et confiants.

La prévention santé, importante pour les dirigeants
85% des entrepreneurs ont le sentiment d’avoir une bonne hygiène de vie, chiffre en baisse de 2 points par rapport à 2018. Cette bonne hygiène de vie passe par une bonne alimentation (84 %), des activités physiques (58 %) et des activités mentales (40 %).
Les moments de détente en famille, cités par 85 % des sondés, et le sommeil, cité par 75 % des sondés, constituent les premières bonnes pratiques bénéfiques à l’état de forme des dirigeants d’entreprises.

SANTE DU DIRIGEANT ET SANTE DE L’ENTREPRISE, QUEL LIEN ?

Le dirigeant est très souvent seul face aux prises de décisions, aux aléas. Auprès de ses salariés, il incarne un leadership devant rassurer en cas de difficultés. Un dirigeant qui apparaît comme ayant une santé précaire peut mettre le doute dans l’esprit des collaborateurs quant à la survie de l’organisation, ce qui peut impacter la motivation des équipes.

Même si les risques professionnels des dirigeants diffèrent selon la taille de l’entreprise, le niveau de formation et le secteur d’activité, la charge mentale (travail en urgence, déplacements, disponibilité, durée de travail, contraintes règlementaires, pluralité des tâches, etc.) et le stress engendré nuit à la santé du dirigeant. Qui plus est, la santé des PME est étroitement liée à celle de son dirigeant ; plus l’entreprise est petite plus le lien est fort.

SURCHARGE MENTALE,
QUELS SONT LES SIGNES D’ALERTE ?

Les signes peuvent être de trois ordres :
Physiques : Troubles musculo-squelettiques, digestifs, accidents cardiovasculaires, diabète de type 2, céphalées, migraines.
Psychiques : Irritabilité, fatigue, trouble de la concentration, trouble de la mémoire, crise d’angoisse…).
Troubles du comportement : Réactions auto et hétéro-agressives, troubles alimentaires (obésité), consommation accrue de médicaments, d’alcool, de tabac ou d’autres psychotropes, isolement social, comportement à risque suicidaire, hyperactivité ou apathie, cynisme, démotivation, réduction des performances.

QUELS SONT LES LEVIERS D’ACTION ?

Le sommeil : un actif stratégique
Le sommeil est perçu comme une variable d’ajustement à la surcharge de travail ; 3 entrepreneurs sur 10 font état de troubles du sommeil. Or une dette de sommeil chronique des dirigeants peut engendrer : somnolence, fatigue, dégradation des fonctions cognitives, erreurs de jugement, mauvaises prise de décision, réduction de la capacité à communiquer, comportements impatients voire agressifs… Le dirigeant peut utiliser sa latitude décisionnelle pour décider de dormir plus ! « Qui dort, entreprend ».

La récupération
Un déficit de récupération du dirigeant a un coût pour l’entreprise, il existe une corrélation directe avec l’augmentation de fréquence des problèmes de santé et de sécurité. Un dirigeant qui prend plus de temps pour lui avec des périodes de relâchements au travail, s’autorise des congés payés, déjeune avec des amis (sans évoquer le travail)…ne sera que bénéfique pour lui et la productivité de son entreprise.

La pratique sportive : un levier incontournable
La pratique d’un sport augmente la production des endorphines (hormones du bien-être, effets analgésiques (douleurs)). Le sport agit comme un ralentisseur de la vieillesse (neurotrophines), et renforce les performances cognitives, capacités d’apprentissage, prise de décision, amélioration de la qualité du sommeil.

Les pauses stratégiques
Il est conseillé de faire une pause cognitive toutes les 90 min. Une vraie pause suppose une « errance mentale » sans technologie.

En définitif, la santé du dirigeant est étroitement liée à celle de son entreprise, le cercle vertueux pour le dirigeant réside dans le fait de prendre soin de lui pour mieux prendre soin des autres et de son entreprise.

Un dirigeant conscient de sa santé se montre davantage responsable vis-à-vis de celle de ses collaborateurs.

*Etude 2019 de l’institut OpinionWay pour la Fondation MMA des Entrepreneurs du Futur.
Sources : Forbes, Fondation MMA.