Chaleur et masque de protection respiratoire : comment limiter l’inconfort ?

Augmentation de la température, accumulation de condensation, irritation, gêne pour respirer… Lors des épisodes de fortes chaleurs, le port du masque de protection respiratoire contre la Covid-19 peut se révéler inconfortable. L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS) revient sur certaines bonnes pratiques permettant de mieux tolérer son masque.

Le port d’un masque peut causer des sensations d’inconfort (augmentation de la température sous le masque, accumulation de condensation, augmentation de l’humidité à l’intérieur du masque, vision obstruée, irritation cutanée…), et pourrait affecter des paramètres physiologiques (augmentation de la fréquence respiratoire et/ou de la fréquence cardiaque).

Cependant, ces manifestations notamment physiologiques varient en fonction du type de masque, de la durée du port, de l’intensité de la charge physique et d’autres contraintes vestimentaires. Les conditions d’ambiance thermique, notamment l’humidité ambiante et une température de l’air élevées sont susceptibles d’accentuer ce retentissement physiologique.

Plusieurs recommandations peuvent être émises pour mieux tolérer son masque en période de forte chaleur :

CRITÈRES DE CHOIX :

  • Pour les masques alternatifs en tissu, privilégier les matériaux les plus respirables possible sans compromettre l’efficacité de filtration pour réduire la température et le taux d’humidité dans l’air à l’intérieur du masque. Privilégier les tissus de couleur claire.
  • Choisir un masque bien ajusté à la forme et à la taille du visage.

MODALITÉS D’UTILISATION :

  • Réserver le port du masque uniquement aux situations incompatibles avec la distanciation physique recommandée dans le cadre de la Covid 19.
  • Changer le masque porté dès qu’il devient humide.
  • Réduire la durée de port. A titre d’exemple, l’INRS recommande une durée de port d’affilée maximale d’une heure pour les appareils de protection respiratoire de type FFP.

MESURES ORGANISATIONNELLES :

  • Aménager les horaires afin de limiter le temps d’exposition des salariés aux fortes chaleurs et au soleil.
  • Limiter ou reporter autant que possible le travail physique, dans un lieu tempéré, à l’ombre.
  • Augmenter la fréquence et la durée des pauses régulières.
  • Mettre à disposition de l’eau potable et inciter les salariés à s’hydrater régulièrement.
  • Atténuer l’inconfort lié à la chaleur en refroidissant le front et le cou, même en portant le masque.
  • En milieu intérieur, assurer une ventilation adéquate et utiliser la climatisation lorsqu’elle est nécessaire pour assurer des conditions de travail acceptables. Lorsque celle-ci est utilisée, les débits de soufflages doivent être limités de façon à ce que les vitesses d’air au niveau des personnes restent faibles.

Source : INRS